Le Caucus de l'aia

Forum de discussion de l'association d'improvisation Antiboise
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 [Catégorie] A la manière du WESTERN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
greg.
Big brother du caucus
avatar

Nombre de messages : 5338
Date d'inscription : 24/09/2007

MessageSujet: [Catégorie] A la manière du WESTERN   Jeu 10 Fév 2011 - 19:13

Je vous propose de nous intéresser à la catégorie WESTERN lors du prochain entrainement.

Tous en lisant les lignes qui suivent, je vous conseille de mettre votre casque sur vos oreilles et de vous laisser plonger dans l’ambiance western en écoutant : http://www.radiopassionwestern.fr

La catégorie WESTERN est très intéressante et très riche. Qu’on prononce seulement le mot « western » et alors se bousculent déjà à l’esprit des multitudes d’images en nous : un cavalier dans le paysage, une diligence, un régiment de cavalerie, des indiens, des bagarres, des duels… les détonations claquent, les balles sifflent, les portes battantes s’ouvrent sur le saloon.

Si je fais un bilan de toutes les improvisations « western » que j’ai pu voir ou auxquels j’ai participé, on a souvent du mal à sortir des clichés du genre et autres lieux communs pour exprimer la richesse de cet univers lors de nos improvisations.

On a l’impression qu’il se passe une chose étrange dans la tête des improvisateurs quand l’arbitre annonce la catégorie WESTERN. On a presque toujours les mêmes éléments qui apparaissent :

- Un saloon avec des portes battantes.
- Un barman.
- Un pianiste avec parfois une chanteuse.
- Des cow-boys.

Au bout de quelques minutes, on aura surement l’apparition d’un croque mort qui viendra prendre les dimensions de chaque cow-boy puis un duel final.
Nous allons découvrir ensemble qu’il y a bien d’autres lieux et personnages à exploiter !


Dernière édition par greg. le Mer 31 Mai 2017 - 16:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg.
Big brother du caucus
avatar

Nombre de messages : 5338
Date d'inscription : 24/09/2007

MessageSujet: Re: [Catégorie] A la manière du WESTERN   Jeu 10 Fév 2011 - 19:14

En guise d’introduction, je vous propose de faire un petit tour rapide des différentes définitions que l’on peut trouver de la catégorie par différentes équipes d’impro :

Définition FIG (suisse):

Il peut exister à l'intérieur même de cette catégorie des nuances, voire des sous-catégories qui présentent des traits distinctifs importants (westerns spaghetti, commémorations historiques, feuilletons télévisés…).
Les westerns ont souvent comme toile de fond l'Ouest américain ou parfois canadien, de même que le Mexique et le Nouveau-Mexique. On y retrouve souvent des batailles épiques entre colons blancs et Amérindiens; des guerres de nerfs entre deux familles de ranchers; des batailles entre deux bandes rivales de gangsters ou encore entre des gangsters et des hommes de loi; la vie d'un hors-la-loi ou d'un héros de l'Ouest célèbre; des épisodes de la ruée vers l'or; des villageois qui appellent à l'aide des mercenaires pour les défendre contre des bandits.

Définition LATIAG (Grenoble):

Il y a deux sortes de gens : ceux qui ont un flingue chargé et ceux qui creusent'. Une diligence, un saloon, un troupeau de vaches, et voilà tu n'as plus que deux amis, le premier c'est ton fidèle cheval et le deuxième est ton vieux COLT glissé à ta ceinture. Prépare-toi, John Wayne, ici on boit le whisky cul sec et on dégaine vite ! Exemple de personnages : Entraîneuse de salon, vieux chercheur d'or, indiens, cow-boy, shérif, chasseur de prime, desperados, serveur de salon, croque-mort, joueur de poker.

Définition la TIR (Rennes) et de la LIP (Paris) :

Cow-boys, indiens, saloons, colt, grandes plaines, duel, cheval… Le western nous offre surtout une structure et une ambiance que l’on peut transposer n’ importe où et n’importe quand, à la piscine par exemple.

Définition BRIQUE (Toulouse):

Aventures dans le Far-West. Règlements de compte, « Y’en a un de nous qu’est d’trop ici ». Pensez aux films de Morricone, mais aussi à Lucky Luke, qui a exploré beaucoup de facettes, de personnages et de lieux qu’on occulte généralement pour cette catégorie.

_________________
Le ravi de la crèche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg.
Big brother du caucus
avatar

Nombre de messages : 5338
Date d'inscription : 24/09/2007

MessageSujet: Re: [Catégorie] A la manière du WESTERN   Jeu 10 Fév 2011 - 19:14

A la fin de l’entrainement, nous pourrons ensemble écrire notre définition de la catégorie.

Afin de définir des pistes de travail lors de l’entrainement, nous allons parcourir l’évolution du genre de sa création à nos jours.

Cela va nous permettre de voir qu’il n’existe pas qu’un seul western mais plusieurs WESTERN souvent en rapport avec l’évolution morale et sociale des états-unis.


Le western est un genre cinématographique dont l'action se déroule en Amérique du Nord lors de la conquête de l'Ouest au XIXe siècle.

Les spécialistes ont mis en lumière quatre grandes catégories :

1 – Les premiers westerns : en noir et blanc, l’époque du muet et du burlesque
2 – Le western classique : parlant, voir chantant !
3 – Le western spaghetti « italien » / le western "Fayot"
4 – Le western crépusculaire

_________________
Le ravi de la crèche


Dernière édition par greg. le Jeu 10 Fév 2011 - 19:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg.
Big brother du caucus
avatar

Nombre de messages : 5338
Date d'inscription : 24/09/2007

MessageSujet: Re: [Catégorie] A la manière du WESTERN   Jeu 10 Fév 2011 - 19:16

1 Les premiers westerns : de 1900 à 1930

À cette époque le western n'est pas un genre à proprement parler. Le terme est plutôt utilisé en tant qu'adjectif pour qualifier les comédies ou les mélodrames se déroulant dans l'Ouest.

On parle de « western comédies », « western romances », etc. Le terme s'imposera en tant que genre à part entière seulement à partir des années 1920.
2 styles de héros à l’époque
- Le cow boy « gentleman »
- Le cow boy costumes excentriques aux couleurs flamboyantes

La comédie burlesque a aussi une grande influence sur le western à l’époque.

L'action des westerns muets étant le plus souvent contemporaine du tournage, on voit y apparaitre au cours du temps des signes de modernité comme le téléphone et la voiture.

Le western muet explorera ces trois directions : le héros monolithique, les drames de conscience du badman, ou les épopées collectives, superproductions à la gloire des convois de pionniers ou de la construction des chemins de fer.

Lors de dialogues, les textes des acteurs étaient écrits sur des « cartons », qui apparaissaient la plupart du temps sur toute l'image, pendant ou après les avoir vu parler.

Les intrigues sont souvent simples et rondement menées à coups de cascades, de poursuite à cheval et de pistolets virevoltants. Un spectacle digne du cirque et du rodéo.

Comment traiter la catégorie Western en muet (sans paroles) :

Symboliser l’avancement de l’histoire ou les introductions avec des cartons imaginaires, phrase courte (1 joueur avant scène, 1 autre joueur peut faire un petite musique « carton ».

Utiliser le bruitage : par les joueurs, en doublage ou en doublage décalage action/bruit.

Mettre en place des histoires très simple avec peu de lieux, voir un seul.

Plutôt pour des durées courtes d’improvisation.

On peut en faire des tonnes sur la caricature du cowboy et des codes du western.

La bagarre, le duel ou encore la poursuite sont à privilégier.

On peut joueur à fond sur l’ambiance musical à la bouche, il suffit de réviser les classiques.

_________________
Le ravi de la crèche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg.
Big brother du caucus
avatar

Nombre de messages : 5338
Date d'inscription : 24/09/2007

MessageSujet: Re: [Catégorie] A la manière du WESTERN   Jeu 10 Fév 2011 - 19:17

2 – Le western classique : parlant, voir chantant ! de 1930 à 1945

L’arrivée du son à la fin des années vingt déstabilise le genre. Les compagnies, qui veulent à tout prix exploiter le filon sonore, décident de faire chanter les cowboys, une mode qui s’étend sur toutes les années trentes.

Les années 40 font passer le western dans son âge adulte. Durant ces années, le western est un genre dominant du cinéma américain. Plusieurs acteurs ont connu la gloire ou tout simplement lancé leur carrière grâce à lui : Gary Cooper ou John Wayne.

L'élément caractéristique du western classique est le manichéisme exacerbé avec lequel est dépeint l'Ouest, et par là le schéma plus général "des bons et des méchants" qu'il véhicule.

Les personnages sont stéréotypés, du héros sans travers au bandit sans foi ni loi.

Les Indiens sont considérés comme des ennemis de la civilisation et font systématiquement partie du camp des mauvais. L'armée américaine est quant à elle valeureuse et bienfaisante. Les femmes sont toujours des êtres distingués et protégés.

Ce manichéisme apparent est souvent l'articulation de l'action : le bon shérif contre les bandits, les cultivateurs contre les éleveurs, les gens de la ville contre ceux du cru, l'homme de loi contre le shérif véreux, etc.

Le regard des héros se tournent souvent vers le lointain, vers l’horizon, le danger arrive d’ailleurs souvent par là !

Le jeu des acteurs devient plus naturel (moins de déclamation issu du théâtre classique)
On abandonne le travail en studio pour tourner dans les décors naturels.

Les héros ont souvent connu une brisure morale ou sentimentale. Il subisse parfois des tortures, ceinturé, tabassé, on leur tire dans la main, on essaye de les pendre.

L’ouest devient de plus en plus troublant, l’érotisme s’y invite et les pulsions contradictoires torturent les personnages.

Le territoire du western commence à être apprivoisé par les actrices qui trouvent alors des rôles plus denses.

A partir de 1950, les réalisateurs commencent à exploiter les aventures de la cavalerie, la vie au fort, les régiments et les femmes de soldat.

On commence à faire évoluer le regard sur l’éclairage de la nation indienne.

Comment traiter la catégorie Western classique :

Mettre en place des scènes homme-femme. Des sentiments, des frustrations…

Utiliser tous les ressorts de l’expédition. Utiliser l’écriture pour alterner phase lente (feu de camp, discussion homme femme, révélation) et scène d’action (attaque, poursuite, bagarre, fuite).
Jouer avec les notions de groupe (cœur un niveau de l’interprétation).
Permettre aux rôles féminins de prendre de l’importance.

Développer un large panel d’intrigue et de conflits entre :
Peaux rouges et Blancs
Compagnie de chemin de fer et fermier.
Fermier et éleveur.
Grand et petit éleveur.
Sheriff et bandits
Bandits et chasseur de primes.
Guerre d’indépendance
Guerre contre le Mexique
Guerre de sécession.

Jouer le jeu du cowboy chantant ;-)

_________________
Le ravi de la crèche


Dernière édition par greg. le Jeu 10 Fév 2011 - 19:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg.
Big brother du caucus
avatar

Nombre de messages : 5338
Date d'inscription : 24/09/2007

MessageSujet: Re: [Catégorie] A la manière du WESTERN   Jeu 10 Fév 2011 - 19:19

3 – Le western spaghetti « italien » à partir de 1960

Le cinéma hollywoodien a du mal a se renouveler. Le renouveau du western vient alors paradoxalement d'Europe. Faisant la synthèse d'influences multiples, Sergio Leone établit les codes et usages de cette sous-catégorie en réalisant quelques uns des meilleurs films du genre.

Le schéma manichéen récurrent est délaissé pour mettre en scène des personnages bien plus complexes et divers. Les héros deviennent par exemple des chasseurs de primes sans éthique et n'hésitent pas à enfreindre la loi. La violence se fait plus explicite et graphique via des scènes récurrentes de torture (Django, 1966), de viol (La mort était au rendez-vous, 1967) ou de massacre (Le Grand Silence, 1968), préfigurant le western crépusculaire.

Le style de Sergio Léone :

• Les gros plans extrêmes (scènes de duel), souvent sur les seuls yeux d'un personnage, en alternance avec de grandes vues d'ensemble. Le contraste qui en résulte est l'un des responsables de l'impression d'ampleur qui résulte de la mise en scène de Leone.
• Les travellings arrière (d'un détail au plan d'ensemble)
• Le temps étiré : de nombreuses scènes d'observation longues, tendues et sans dialogue entre duellistes
• Une musique très présente (composée par Ennio Morricone), souvent indispensable comme dans les scènes d'observation citées ci-dessus, musique qui alterne avec des moments de silence où les bruitages sont exacerbés.
• Le peu de place faite aux femmes.
• les héros sont virils, adroits et mènent une quête.
• Pas d’indiens, pas de bisons
• les héros "leoniens" sont le résultat du mariage entre le voyou romain sympathique et le héros du western classique. Ce sont des personnages peu conventionnels, des héros solitaires venus de nulle part, intéressés par l'argent et qui se comportent comme des guerriers, étant parfois gratuitement cruels/
• Peu de dialogue.

L'utilisation des gros plans et cette habitue de montrer de façon crue s'inscrit contre la volonté de transparence du western classique. Quand à la musique, elle appartenait à l'action dans les westerns classiques, alors que chez Leone elle construit l'action. Leone introduit donc une grande dose de réalisme, mais il donne également une dimension humoristique, ironique voire même parodique.

Très vite le western italien sort des films de Léone, le spaghetti tourne au grand guignol, au grotesque avec les aventures de Terence Hill et Bud Spencer.

Les spécialistes appellent ça les "westerns fayots". Ici, on s’amuse de la figure du pistolero, on se moque des duels, on singe la musique de Morricone.

Comment traiter la catégorie Western Spaghetti (Léone) :

C'est certainement le style de western le plus présent dans notre inconscient collectif. L'impact de la trilogie du dollars !

Très difficile de faire vivre une ambiance Sergio Léone en improvisation, comment rendre l’importance des regards caméra et la force de la musique d’Ennio Morricone.

Mais c'est possible, On peut utiliser le zoom avec les mains pour les regards, jouer avec les regards, prendre du plaisir à jouer avec l'espace temps.

Ou encore, introduire des bruitages anxiogènes, jouer de l'armonica avec la bouche !

on prendra plaisir à explorer le trio de protagonistes, l’amitié virile, le mauvais côté du cow boy.

Le détournement des codes du western et la pratique de l'Humour noir.

Comment traiter la catégorie Western Fayot (Burlesque) :

On se donne des claques, ça tire dans tous les sens, beaucoup de bagarre et d’humour facile. On joue sur les différences de taille entre les personnages, sur le manque d’éducation. Les méchants sont stupides et les héros futés. Le royaume du pet et de la paresse. Les animaux peuvent parler.
A réserver pour une impro délire entre amis !

_________________
Le ravi de la crèche


Dernière édition par greg. le Jeu 10 Fév 2011 - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg.
Big brother du caucus
avatar

Nombre de messages : 5338
Date d'inscription : 24/09/2007

MessageSujet: Re: [Catégorie] A la manière du WESTERN   Jeu 10 Fév 2011 - 19:20

4 – Le western crépusculaire à partir 1970

Aux États-Unis, depuis les années 1970, des réalisateurs comme Clint Eastwood ou Sam Peckinpah ont réalisé des westerns dits « crépusculaires ».

Tout comme dans le western italien, l'héroïsme manichéen des cow-boys classiques a cédé la place à des personnages ambivalents, qui s'affranchissent sans difficulté de la frontière ténue entre le bien et le mal.

Tous les protagonistes sont aussi mauvais les uns que les autres. Le cow-boy des années 1940 est devenu un antihéros qui erre au gré des évènements dans un monde où il ne trouve plus sa place, où la brutalité est sa seule issue.

Les personnages féminins sont essentiellement des prostituées, elles fument et boivent. Les valeurs morales de la période classique sont littéralement bafouées.

Comment traiter le western crépusculaire :

On peut comme dans "Impitoyable" de Client Eastwood, suivre les aventures d'un cowboy vieillissant qui ne trouvera la rédemption qu'en affrontant son passé, ses démons.

Jouer des personnages avec de lourd secret en sous texte.

Revenir sur le génocide des indiens.

On peut explorer les manipulations religieuses, le fantastique, le surnaturel, voir le film de Zombie ;-)

Certains disent que le western est mort… vite ! Faisons le revivre dans nos improvisations !

_________________
Le ravi de la crèche


Dernière édition par greg. le Jeu 10 Fév 2011 - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg.
Big brother du caucus
avatar

Nombre de messages : 5338
Date d'inscription : 24/09/2007

MessageSujet: Re: [Catégorie] A la manière du WESTERN   Jeu 10 Fév 2011 - 19:20

Les grandes étapes de l’histoire de l’ouest :

1776 : Déclaration de l’indépendance des treize colonies. Début de la conquête de l’ouest et création de la frontière mouvante de l’ouest !
1818 : Invention de la machine à vapeur.
1827 : Le premier chemin de fer américain est créé sur la côte est.
1849 : Découverte d’or en Californie
1860 : Création du Pony express
1861-1865 : Guerre de Sécession
1865 – 1890 : Les guerres indiennes
1867 : Invention de la dynamite.
1890 : Déclaration de la fin de la frontière vers l’ouest.
1893 : Création de la démocratie américaine.

Les éléments importants pour l’atmosphère :

Un nom ne suffit pas, il faut dire d’où l’on vient et alors seulement on sera reconnu. Exemple « Je suis John McLyntock, du Missouri ou encore : Emerson Cole du Kansas ».

Qui dit western dit paysage, le cow boy se perd souvent dans la contemplation du paysage.

_________________
Le ravi de la crèche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg.
Big brother du caucus
avatar

Nombre de messages : 5338
Date d'inscription : 24/09/2007

MessageSujet: Re: [Catégorie] A la manière du WESTERN   Ven 18 Fév 2011 - 10:50

1er séance d’entrainement : A la manière du WESTERN

Nous allons remonter l’évolution du cinéma western pour nourrir nos improvisations.
Dans ce premier module, nous allons nous intéresser au Cinéma muet.

Warm-up :

Echauffement physique (Pieds, genoux, hanches, Bras, mains et tête)

La multitude de personnages :
Les joueurs marchent dans l’espace et doivent venir présenter un personnage western devant le coach (3 personnages par personne). Le but étant de proposer des personnages qu’on pas l’habitude de voir.

La veste :
Au centre de la salle, une chaise. Les acteurs devront imaginer que sur cette chaise est une veste. Chacun à leur tour, ils vont ouvrir une porte, ils se dirigeront vers la chaise et mettront la veste.
Ensuite ils aiment ou ils n’aiment pas la veste.
Ils remettent la veste sur la chaise et quittent la pièce pressés en refermant la porte.
Il est important qu'avant de se diriger vers la chaise, l'acteur prenne bien le temps de matérialiser la veste (aspect, poids, position, pourquoi ne l'aime-t-il pas ...).

Préambule au travail de la catégorie WESTERN :

Le Western appartient au cinéma de mouvement, au cinéma d’action.

Pas facile de rendre ce mouvement dans des improvisations, par conséquent nous allons nous consacrer sur les éléments jouables sur scène.

On ne pourra pas mettre des rocheuses en décor mais faire des choix de focus pour trouver le bon angle d’attaque d’une scène.

Nous allons expérimenter un large type de WESTERN par période, libre à nous ensuite lors des improvisations futurs de faire des mélanges entre les périodes durant nos improvisations.

1er étape le western muet :

Le cinéma muet est un cinéma sans paroles, dont la bande son est inexistante ou bien constituée de musique enregistrée sur la pellicule ou jouée en direct.

Dès les premiers temps du cinéma, même si les films étaient essentiellement muets, leur projection était souvent accompagnée de sons : bruitages réalisés en direct, bonimenteurs, systèmes expérimentaux de synchronisation sur disque, musiciens d'accompagnement.

Pour ouvrir notre éventail de jeu sur cette période du western, nous allons aussi permettre le doublage sonore (bruitage par le joueur ou par un autre joueur) et le discours en doublage par d’autres joueurs (catégorie doublage américain).

Il faut être très précis dans ses gestes et ses propositions pour maintenir l’attention des spectateurs mais également donner des indications claires aux autres joueurs.

Ne pas hésiter à en faire des tonnes dans l’interprétation des personnages pour envoyer des messages clairs aux autres joueurs et au public.

Dans le muet, c’est l’action qui domine le développement d’une intrigue simple.

Le western muet a exploré trois directions :
- le héros monolithique (sourire Golgate)
- les drames de conscience du badman, La question posée par le film sera alors celle du rachat possible du badman, fût-ce dans la mort.
- les épopées collectives, superproductions à la gloire des convois de pionniers ou de la construction des chemins de fer.

Plutôt pour les impros courtes (Moins de 2 minutes), les catégories doublages ou silencieuses.
Nous allons prendre la convention de ne jouer que dans un seul lieu lors de toutes nos improvisations.


Préparation à la bagarre :

Donner une claque et un coup de poing de théâtre
Donner un coup de pied bien placé.
Prendre et lancer un objet (Regard objet/Regard sur l’autre/ retour regard objet)
Le ralenti, l’accélération et l’exagération.

Initiation au bruitage : Cheval au galop, deux mains glissantes puis cuisse droite puis cuisse gauche, on peut varier le rythme (on peut remplacer par le torse)

a) La simulation d’une bagarre :

Convention de départ, mettre en place les éléments du lieu et les caractéristiques de chaque personnage. Ensuite, jouer avec la situation et la différence entre personnage.

Schéma de jeu : Un lieu de départ (exemple Saloon), une entrée d’un personnage (héros), cœur de regard des personnes présentes, déclenchement d’une bagarre, un contre tous.
C’est le héros qui distribue son regard pour signifier l’action avec chaque joueur.

Dramaturgie du burlesque.

« Burlesque » se dit aujourd'hui couramment pour désigner un comique exagéré, extravagant qui repose généralement sur un décalage entre la tonalité et le sujet traité dans un texte.

Le burlesque fait rire grâce à un comique de l’absurde et de l’irrationnel. Des événements extraordinaires ne cessent de faire irruption sans raison, dans le quotidien. La cohérence n’a jamais le temps de s’installer.

Le burlesque s’appelle aussi « slapstick », littéralement « coup de bâton ». Dénué de logique psychologique, le gag repose sur un comique physique et violent. Il montre des chutes, des bagarres, des poursuites, des chocs... Les corps, comme les objets, sont brutalisés.

Le burlesque échappe aux règles de la narration classique. Il consiste en une suite de gags qui jouissent chacun d’une parfaite autonomie et qui ne s’inscrivent pas dans une stratégie narrative globale. L’histoire constitue un prétexte pour la liaison entre les gags.

L'un des fondements du comique burlesque réside dans le rythme.
Ils font alterner accélérations et moment de répit.

Buster Keaton : Keaton avait une façon très personnelle de détourner les objets de leur fonction initiale.

Extrait vidéo : Charlie Chaplin et Buster Keaton.

b) Le bruitage par les comédiens.

Exemple vidéo de Michel Courtemanche : Le western.
Impro : 2 joueurs sur scène, ils doivent uniquement s’exprimer par bruitage aucune parole compréhensible sauf onomathopées.

c) Apparition des cartons

Impro 4 joueurs + 1 joueur en charge de rajouter des cartons explicatifs pendant l’impro.
Exemple vidéo Buster Keaton.

d) Le bruitage en doublage.

4 joueurs, 2 joueurs sur scène et 2 bruiteurs.

e) Le « jacques à dit » ,

Un joueur voix off sur le côté, il donne des indications aux spectateurs et aux joueurs sur la personnalité et les émotions de 2 à 3 protagonistes. Son rôle est de renforcer les images.

3ème étape : "Le rôle des femmes dans les westerns"

Vidéo de présentation des relations hommes/femmes pour la prochaine séance

Prochain séance : Le western parlant
Le western Classique
Le cow boy chanteur
Les relations hommes/femmes dans le western et les rôles féminins
Les différentes intrigues et lieu de jeu.
Schéma de jeu et outil d’écriture d’impro western
Le western spaghetti
Le western crépusculaire.

_________________
Le ravi de la crèche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg.
Big brother du caucus
avatar

Nombre de messages : 5338
Date d'inscription : 24/09/2007

MessageSujet: Re: [Catégorie] A la manière du WESTERN   Jeu 24 Fév 2011 - 23:29

2ème séance Catégorie WESTERN : Le western parlant

Echaufement

Retour sur le 1er entrainement :
Deux équipes et trois improvisations :
1) Impro Comparée ; Thème : L’attaque ; Nbre : illimité ; Catégorie : A la manière d’un western avec doublage.
2) Impro Comparée ; Thème Dodge city ; Nbre : illimité ; Catégorie : Bruitage.
3) Impro mixte ; Thème : Madame Clémence : Nbre : illimité ; Catégorie : Western.

1) Le western Classique

La période classique du western est souvent identifiée comme s'étalant des années 1930 aux années 1950. Période bien évidement très marquée par le réalisateur John Ford et l’acteur John Wayne.

Les codes du western classique :

- l’action se passe dans l’Ouest Américain lors de la seconde moitié du 19ème siècle.
- Le héros solitaire est du bon côté de la justice, le défenseur de la civilisation et des valeurs américaines face à l’insécurité et la sauvagerie de l’ouest lointain.
Les valeurs : Le travail, le courage, la foi, la justice et l’honneur.
- Les indiens sont des sauvages avec des plumes, des agresseurs et des êtres sans morale.
- un monde profondément masculin, où les femmes n’ont pas ou peu leur place et où les personnages féminins ne sont généralement que des archétypes dont l’intérêt est purement narratif.
- Intégration du mélodrame (forte différence avec le muet) rapport homme/femme
- L’ouest : Un espace source de danger : l’espace de l’Ouest n’est jamais sur, le danger est permanent et inhérent à cet espace.
- Une connotation très forte des différents lieux ou il se passe toujours les même actions (bagarre dans le saloon, expression collective dans l’église, duel dans la rue centrale etc.) et grâce auxquels les archétypes de personnages sont identifiables (la femme dans un saloon est une femme de mauvaise vie quand l’épouse ou la fille vertueuse reste à la ferme, par exemple)

2) Le cow boy chanteur

Ce n’est pas une comédie musicale mais une parenthèse dans l’impro sur la condition du cow boy ou parade amoureuse. (Très louis Mariano dans l’attitude, grand sourire)

3) Les relations hommes/femmes dans le western et les rôles féminins

Les femmes sont rarement en position de héros par contre elles jouent un rôle important dans l’itinéraire du héros.

Le héros va souvent se retrouver en situation de choix par rapport aux rôles féminins, non seulement entre deux femmes, entre deux formes d’amour, mais aussi entre deux modes de vie. Entre deux façons de conquérir l’Ouest, ou entre deux façons d’être américain : comme colon ou comme aventurier.

D’un coté l’épouse ou la femme classique qui est présentée comme celle qui veut mettre un terme à l’aventure, protéger le héros en lui demandant de renoncer.

De l’autre l’aventurière ou l’entraineuse, avec qui tout est possible !

Ces deux figures féminines peuvent donc être vues comme des emblèmes de la Nation, de deux conceptions opposées de la Nation : l’une attachée au territoire et à l’enracinement, l’autre associée à l’instabilité et à l’ouverture.

Les rôles féminins :
- Pas de femme de loi (shérif, Marshal)
- La femme de petite vertu à la langue bien pendue.
- La femme gardienne de la moralité (Mme Olson).
- L’institutrice courage.
- L’épouse contre le danger (femme au foyer, douce et attentionnée)
- L’aventurière et la hors la loi.
- L’indienne.
- La femme de poigne, gérante de ranch.
- La dame du monde en voyage dans le grand ouest.
- La jeune fille naïve avec sa famille qui découvre le grand ouest.

4) Les différentes intrigues et lieu de jeu.

Les intrigues :
- La conquête de l’ouest et la lutte contre tous les dangers
- Peaux rouges et Blancs
- Compagnie de chemin de fer et fermier.
- Entre fermier et éleveur.
- Grand et petit éleveur.
- Sheriff et bandits
- Bandits et chasseur de primes.
- Guerre contre le Mexique
- Guerre de sécession.

Les différents lieux :
Saloon, une rue, un coiffeur/barbier, l’office du shérif, l’église, une banque, un hôtel, une chambre, une acienda, un fort, un campement, un camp indien…

5) Schéma de jeu et outil d’écriture d’impro western

UN CINEMA DE MOUVEMENT avec du rythme et des pauses
UN SCENARIO/caucus, c’est souvent une phrase.

Le cow boy solitaire face à une situation.
Le western avec un héros solitaire. Nul ne sait d'où vient ce héros, nul ne sait où il va ; vêtu de blanc, il incarne le mythe du cow-boy redresseur de torts, opposé à une figure du mal absolu, vêtu de noir, évoquant "quelque chose de venimeux". Il sauve la veuve et l'orphelin sans aucune condition.
Impro : Un joueur réfléchi à une personnage de cow-boy solitaire pendant qu’une équipe caucus une situation de jeu avec conflit.

Le « hôte toi de là » entre… et entre…
Prendre pour caucus une intrigue ou un conflit :

Restreinte l’espace de jeu :
Pas de grand espace, tout ce passe dans un endroit clos avec un danger latent :
- Un chariot avec deux personnes et une personne à cheval.
- Une rue avec tous ses commerces.
- Une maison.
- Un cercle de chariot.
- Un train
- Un gare ou une banque.

Trame dramatique longue :
Pour les impros longues (au delà de 5 minutes), on peut utiliser des trames de jeu :
Situation de départ  évènement  Poursuite  règlement de compte  Final.

Exemple typique, un groupe de bandits attaquent une ville, une banque ou un train.

Personnages  exploration  attaque du groupe  Sauvetage par la cavalerie

Exemple : une caravane de pionnier explore le grand ouest en territoire indien.

6) Le western spaghetti

Les codes du western spaghetti : Sergio Léone
- Le cow boy du western classique était pragmatique, assez solitaire et parfois rigide ; il devient très violent, cynique, sadique, brutal et cupide.
- La vision profondément manichéenne du western en est totalement bouleversée et la frontière entre le truand et le justicier devient de plus en plus ténue, voir inexistante.
- Les indiens deviennent des personnages à part entière et ne sont plus de simples extensions du décor.
- La violence était un inévitable moyen de faire régner l’ordre, elle devient gratuite et injustifiée.
- La durée du film et de la longueur des plans est largement exagérée, de nombreuses scènes d'observation longues, tendues et sans dialogue entre duellistes
- Le peu de place faite aux femmes
- La musique prend toute son importance au service de l’histoire et du suspens.
- Très peu de dialogue long, beaucoup de jeu de regards et de petites phrases.
- On délaisse les plans larges de caméra pour jouer avec la superposition des plans et les gros plans.

7) Le western crépusculaire.

Les codes du crépusculaires :
Le western « moderne » renverse totalement les codes.
Les Indiens étaient l’agresseur, celui qui s’opposait à la destiné manifeste et mettait en péril la sécurité des Américains aujourd’hui, ils deviennent les victimes opprimés et trahis par l’armée.
Apparition des idylles entre indien et blanc.
L’espace extérieur aux villes était le lieu de tous les dangers, il devient celui de la nature et de la pureté par oppositions aux lieux d’aliénation que sont devenues les villes.
Le héros devient plus noir et souvent torturé.
Le western se mélange avec d’autres ambiances : le fantastique, la science fiction, le film d’horreur, etc…

_________________
Le ravi de la crèche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Catégorie] A la manière du WESTERN   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Catégorie] A la manière du WESTERN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Catégorie] A la manière du WESTERN
» [Catégorie] A la manière de Molière
» [Catégorie] A la manière du Cinéma Burlesque
» [REQUETE] Outlook: mettre une couleur par catégorie de rdv
» Catégorie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Caucus de l'aia :: Forum ouvert au public :: Parlons de l'impro-
Sauter vers: